Anaïs Timofte au Conseil d’Etat

Ce matin le POP Vaudois a fait sa conférence de presse pour annoncer sa candidature pour l’élection complémentaire au Conseil d’Etat. Dans le PDF ci-dessous vous trouverez le programme que le POP propose.

Le POP vaudois réuni en assemblée générale des militants le jeudi 6 décembre 2018 a choisi de présenter une candidature pour l’élection complémentaire du Conseil d’Etat vaudois. Nous avons décidé de porter une candidature de combat, jeune, dynamique et féminine. Le POP a à cœur de mettre en avant sa relève qui grandit de jour en jour.

Le POP est le parti des gens simples, composé essentiellement de travailleurs/euses, et de gens issus de milieux populaires. Par cette candidature, nous ne redoutons donc pas de mettre en avant, lors de grandes élections, une personnalité peu connue qui vient d’en bas, et qui par son parcours de vie est représentative d’une majorité de la population. Nous proposons donc une candidature qui secoue les codes.

Nous voulons aussi apparaître comme le parti du pouvoir d’achat. À l’heure où une très grande partie de la population n’en peut plus, prise à la gorge par des loyers trop chers, des assurances maladies prohibitives, des salaires qui n’augmentent pas avec des conditions de travail toujours plus précaires et des retraites qui ne suffisent plus pour vivre dignement. Il est temps que les politiques d’austérité prônées par une droite libérale et conservatrice qui détruit les acquis sociaux et se moque des conditions de vie d’une grande partie de la population, soient mises à mal et remplacées par une véritable politique progressiste, émancipatrice et qui s’attaque au libéralisme économique qui génère bien des maux dans notre société.

Anaïs Timofte a 27 ans, étudiante à l’UNIL en sciences politiques et maman d’une petite fille de 6 ans. Avant de faire ses études, elle commence à travailler à 14 ans, enchaîne les emplois mal rémunérés dans la vente et la manutention. Elle devient maman à 20 ans, et galère pour jongler entre une vie familiale d’une mère célibataire, des études, et une vie professionnelle pour payer ses études, faute de pouvoir obtenir une bourse.

Anaïs Timofte porte un combat engagé en faveur de l’augmentation du pouvoir d’achat pour tous ceux et celles qui se donnent de la peine dans leur activité, rémunérée ou non, et qui peinent à joindre les deux bouts dans un des pays les plus riches au monde. Elle porte de manière particulièrement compétente les enjeux liés aux assurances sociales, à l’écologie, et à l’égalité entre hommes et femmes – notamment la question de la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle.

Lien pour télécharger notre programme qui est non-exhaustif

conférence de presse POP