Aboutissement    du    référendum    «Touche    pas    à    mes    services    publics!» contre    la    baisse    du    taux    d’imposition    sur    le    bénéfice!

Le    référendum    cantonal    lancé    par    la    coalition    «Touche    pas    à    mes    services    publics!» a     abouti.     Dans     la     campagne     qui     s’ouvre     en     vue     de     la     votation,     notre     coalition    montrera    que    le    cadeau    de    plus    de    520    millions    se    concentrera    sur    les    entreprises    très     profitables     –     dont     de     nombreuses     multinationales.     La     facture     sera     ensuite    adressée     à     la     population:     le     retour     des     déficits     ne     manquera     pas     d’amener     des    coupes    dans    les    prestations    du    service    public.    Santé,    formation,    logement,    crèches:    quand    le    service    public    recule,    les    inégalités    augmentent.

Les    forces    réunies    dans    la    coalition    «Touche    pas    à    mes    services    publics!»    ont    récolté    plus    de     17’000     signatures     contre     la     baisse     du     taux     de     l’imposition     sur     le     bénéfice     des    entreprises.    La    coalition    sera    donc    en    mesure    de    déposer    plus    12’000    signatures    valides    dans    le    délai    imparti,    soit    d’ici    au    22    décembre    prochain. Nous    combattons    la    baisse    du    taux    cantonal    de    l’imposition    du    bénéfice    de    9%    (2015)    à    3,33%.    Cela    représenterait    des    pertes    fiscales    évaluées    à    plus    de    520    millions    de    francs    par     an     pour     le     canton     et     les     communes     (selon     les     chiffres     produits     dans     l’EMPD     du
Conseil    d’Etat,    p.    44)    soit    la    moitié    de    la    masse    salariale    annuelle    du    CHUV!    Cet    argent    irait     remplir     les     poches     des     entreprises     dégageant     de     gros     bénéfices.     En     effet,     ce     sont    quelques    entreprises    très    profitables    du    canton    de    Vaud    (1,6%    des    entreprises    inscrites    au     registre     du     commerce)     qui     paient     93%     du     produit     de     cet     impôt.     Le     service     public    serait    lui    immanquablement    attaqué.

Aujourd’hui     déjà,     ce     service     public    est     sous-développé:    les     places    en     crèche    manquent    par     milliers,     les     temps     d’attente     aux     urgences     des     hôpitaux     sont     longs,     les     soins     à    domicile    pour    les    patients    sont    minutés    et    des    hôpitaux    sont    supprimés,    sans    parler    des    prestations    coupées    par    des    modifications    légales    récentes    telles    que    le    durcissement    de
l’accès     aux     bourses     d’études.     Avec     des     caisses     vides,     le     recul     du     service     public     serait    encore    plus    marqué:    santé,    formation,    logement,    transports;    tous    les    domaines    seraient    touchés.

En     face     de     nous,     le     front     qui     porte     le     projet     aura     des     moyens     considérables     dans     la    campagne    de    votation.    Et    pour    cause:    de    l’UDC    au    Parti    socialiste    en    passant    par    le    PLR,    les    Verts,    les    Verts    libéraux,    le    PDC:    tous    se    sont    alignés    sur    le    Conseil    d’Etat,    lui-même    aligné     sur     la     revendication     des     fédérations     patronales     qui     demandent     cette     baisse    depuis    plusieurs    années.

Pour    notre    part,    nous    mènerons    campagne    avec    des    moyens    infiniment    plus    modestes    mais     avec     la     même     détermination     que     celle     qui     nous     a     permis     de     recueillir     17’000    signatures     en     huit     semaines.    Nous     ferons     campagne     en     disant     clairement     que,     dans    le    canton     de     Vaud     comme     partout     ailleurs,     les     cadeaux     fiscaux     aux     actionnaires     des    multinationales     sont     payés     par     l’ensemble     de     la     population:     baisse     des     prestations,    dégradation     des     conditions     de     vie     et     de     travail,     suppression     de     services     publics.     C’est    ainsi     la     population     salariée     (du     secteur     privé     comme     du     secteur     public)     qui     devrait    passer    à    la    caisse    –    notamment    pour    résorber    les    pertes    fiscales    énormes    des    communes
–     par     des     hausses     d’impôts     des     personnes     physiques.     Les     taxes     et    les    impôts    indirects    augmenteraient    aussi    en    cas    d’acceptation    de    la    RIE    3.    Aujourd’hui,    nous    nous    félicitons    du    fait    que    le    plus    grand    cadeau    fiscal    de    l’histoire    du
canton    de    Vaud    soit    soumis    à    un    vote    populaire.    Nous    remettrons    les    signatures    valides    revenues    des    communes    vaudoises    lors    d’une    petite    cérémonie    qui    se    déroulera    le    lundi    21    décembre    à    16h    à    la    place    du    Château    à    Lausanne.

Leave a Reply

Your email address will not be published.