telech. uniterreLe POP soutient l’initiative d’Uniterre : « Pour la souveraineté alimentaire : l’agriculture nous concerne toutes et tous »

 

Le concept de souveraineté alimentaire a été développé en 1996 par la Via Campesina unissant les paysans du Nord et du Sud dans la lutte pour une agriculture paysanne en opposition à une agriculture industrielle.

Avec cette initiative fédérale, lancée le 30 septembre dernier, le syndicat Uniterre souhaite lancer le débat au sein de la population sur la façon dont la nourriture est produite et distribuée. Afin d’appliquer le droit à la souveraineté alimentaire en Suisse, l’initiative veut l’inclure dans la constitution. Elle demande à la Confédération de s’engager à prendre des mesures concernant plusieurs revendications. D’abord, de favoriser une agriculture diversifiée et nourricière plaçant les humains au cœur des systèmes alimentaires et tenant compte de nos ressources naturelles. Cela implique un soutien à tous les types d’exploitation, tant au niveau de la taille que de la structure juridique (coopératives, etc.), ainsi qu’à l’augmentation du nombre d’actifs dans l’agriculture. Cela passe également par la garantie du droit des paysans à l’utilisation, la multiplication, l’échange et la commercialisation des semences. L’initiative souhaite que l’agriculture suisse demeure exempte d’OGM. Ensuite, elle revendique une agriculture qui assure, par des prix rémunérateurs, des revenus équitables aux paysans-ne-s comme aux employé-e-s agricoles avec notamment une harmonisation des conditions des travailleurs au niveau fédéral. Elle demande à ce que des mesures soient prises pour que les quantités produites soient en adéquation avec les besoins afin d’obtenir des prix équitables dans chaque filière. Le désengagement progressif de l’état ces dernières décennies a laissé la politique des prix aux mains des intermédiaires. Or, les prix devraient refléter la réalité des coûts de production. La garantie d’une transparence sur le marché au service des consommateurs comme des paysan-ne-s, ne peut passer que par le renforcement de circuits courts produisant des emplois dans les régions et une réduction des transports. L’initiative vise un approvisionnement indigène prépondérant en denrées alimentaires et en aliments pour animaux. L’initiative demande un commerce international plus équitable par le biais d’une frontière prélevant des droits de douanes et régulant les volumes d’importation pour maintenir et développer la production indigène. Elle formule également le droit de se protéger ou d’interdire l‘importation de denrées alimentaires produites dans des conditions sociales et environnementales non conformes aux standards suisses ainsi qu’un devoir de renoncer à des subventions à l’exportation de produits agricoles.

Enfin, elle souhaite une agriculture et une alimentation citoyenne ouvrant un dialogue transversal entre les mangeurs, ceux qui travaillent la terre, ceux qui transforment les produits, les différents départements concernés par les questions de l’alimentation et les politiques.

 

Le POP/PST lutte depuis longue date pour les mêmes principes que ce que demande cette initiative. C’est pourquoi nous nous engageons auprès d’Uniterre et soutenons la récolte de signature ! Vous pouvez télécharger la feuille de signature sur www.popvaud.ch

Leave a Reply

Your email address will not be published.